Institut des sciences chimiques de Rennes - ISCR

La recherche à l'institut des sciences chimiques de Rennes couvre de très nombreux domaines de la chimie, les molécules organiques ou organométalliques à propriétés dédiées, les matériaux issus de la chimie du solide et de la métallurgie, la catalyse, l'électrochimie, la chimie théorique et l'ingénierie des procédés chimiques.

Becher chimie
  1. Présentation de l'institut des sciences chimique de Rennes
  2. Collaborations internationales

Présentation de l'institut des sciences chimique de Rennes

Au-delà de cette large couverture thématique, la chimie rennaise possède une expertise indéniable pour la conception et la synthèse de molécules, de cristaux, de matériaux "à façon", porteurs de fonctions ou de propriétés dédiées, par la mise en œuvre d'une très grande variété d'outils d'ingénierie des molécules et des matériaux. Cette expertise continuera d’être au service de la recherche et de l’innovation, en grande partie en phase avec les grandes orientations de la stratégie nationale : développement durable, santé, biotechnologies, énergie sans carbone (solaire, nucléaire), STIC et nanosciences.
L’animation scientifique transversale se fait au travers de trois axes de recherche regroupant les équipes par grand secteur : 

  • synthèse et procédés ;
  • molécules fonctionnelles et matériaux ;
  • chimie pour le stockage, le transport et le traitement de l’information.

Collaborations internationales

La politique de coopération internationale de l’institut s’inscrit en toute cohérence dans le cadre de sa politique scientifique.
 

Accords internationaux

L’expertise et le savoir-faire des équipes sont reconnus internationalement et ont débouché sur plus de 120 accords formalisés avec :

  • des laboratoires d’excellence dans les pays développés (Europe, Amérique du Nord, Japon, Australie…) ;
  • des laboratoires dans des pays en émergence rapide (Asie, Amérique du Sud, Europe de l’Est…), qui développent une politique de coopération internationale dynamique ;
  • des laboratoires dans des pays d’Afrique ou du Moyen-Orient (Algérie, Maroc, Egypte, Côte d’Ivoire, Tunisie, Turquie…) où la recherche est moins développée.