Laëtitia Lechippey

Licenciée en physique

Laëtitia, normande de 23 ans avoue qu'elle a été tout d'abord "attirée par la ville" rennais
Dès la L2, elle s'intéresse plus particulièrement à la physique médicale pour raison personnelle. Elle confie : "Ma grand-mère a été traitée par le biais de la radiothérapie pour un cancer du sein. J'ai eu l'occasion de l'accompagner à certaines séances. J''ai commencé alors à faire des recherches sur le métier de physicien médical. Un an après, le master de physique médicale ouvrait ses portes à Rennes. Une chance !". Actuellement, elle réalise son stage de M2 au centre de recherche clinique et évaluative en oncologie (CRCEO), établissement faisant partie du CHU Hôtel Dieu de Québec (Canada).
 
Que leur a apporté la formation de master de physique médicale ?
Cette formation, adaptée au domaine de la physique médicale, les a préparé à l'obtention du Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale (DQPRM). Ce diplôme est obligatoire pour devenir physicien médical. "Dès la première année du master, nous commençons à nous spécialiser" précise Laëtitia. "Nous avons des cours donnés par des professionnels du monde hospitalier (physiciens médicaux, radiologues, oncologues) qui, en plus de l'enseignement, nous dévoilent certaines facettes de leur métier. Ce premier contact nous permet, en tant qu'étudiant, d'être imprégné dans le domaine médical tout en se créant un réseau. La formation permet aussi de poursuivre en doctorat en physique, avec activités de recherche en physique médicale" résume la jeune femme.
 

Quels conseils donneraient-ils à un.e étudiant.e intéressé.e par ce parcours ?
Elle conseille de bien se renseigner sur le parcours et le domaine de la physique médicale, ainsi que sur ce métier. "La formation étant relativement spécialisée, il faut donc être certain de son objectif professionnel" déclarent-ils en choeur. "Pour devenir physicien médical, le master ne suffit pas. Il faut passer le concours du DQPRM qui se déroule pendant notre deuxième année de master (généralement en janvier)" clarifie Laëtitia.
 

Cette personne témoigne au sujet de...